Un employé qui fume peut coûter très cher à son patron

On savait que fumer pouvait coûter cher à la personne accro à la nicotine mais on ne savait pas (en tout cas, cela n’avait pas encore été démontré) que fumer pouvait augmenter drastiquement les coûts de son employeur. Certaines personnes en doutent peut-être mais c’est une étude américaine qui le révèle : selon des chercheurs de l’Université d’Etat de l’Ohio, les fumeurs causeraient un surcoût de près de 6.000 dollars par an et par employé fumeur à l’employeur (soit environ 4.600 euros).

Quels sont les surcoûts engendrés par le fumeur ?

Comment un employeur peut-il en arriver à payer plus de 4.500 euros par an pour un employé qui fume par rapport à un employé qui ne fume pas ? C’est ce à quoi l’étude américaine a tenté de répondre. Voici ce qu’il en ressort :

  • Les pauses cigarettes représenteraient le poste le plus important avec des surcoûts moyens de 3.077 dollars, soit 2.350 euros; 
  • L’absentéisme des fumeurs coûterait en moyenne 517 dollars par an à l’employeur pour le fumeur par rapport au non-fumeur, soit 395 euros;
  • Le présentéisme, autrement dit le manque de productivité à cause de l’addiction à la nicotine s’élèverait à un surcoût de 462 dollars pour le patron (353 euros);
  • Enfin, les surcoûts en terme de dépense santé représenteraient 2.056 dollars en moyenne, soit 1.570 euros.

Au total, on en arrive à la somme moyenne de 5.816 dollars (4.445 euros) de surcoût pour l’employeur qui engage une personne qui fume. Il existe évidemment d’importants écarts en fonction du secteur et du poste occupé par l’emploi (cela peut varier de 2.200 euros à 7.730 euros supplémentaires).

En conclusion, il serait peut-être plus sage d’arrêter de fumer si l’on cherche un emploi. Cela permettra de maximiser ses chances d’en trouver un et, en même temps, cela servira à réaliser des économies qui permettront plus facilement de rembourser un prêt à tempérament par exemple.

Share Button