La cabine de sablage, un matériel de traitement de surface

La cabine de sablage est un matériel utilisé pour nettoyer les surfaces des pièces industrielles. Les modèles à manche classique conviennent aux petites et moyennes pièces, tandis que les pièces de grande dimension doivent être traitées dans des cabines jet libres. Il s’agit d’une salle de sablage dans laquelle un opérateur portant une combinaison de protection et un masque ventilé se charge de la projection de l’abrasif sur la pièce à traiter.

Dans quel cas utilise-t-on le sablage ?

Le sablage est une technique utilisée en milieu industriel et dans le secteur bâtiment pour décaper une couche de peinture, polir la surface d’une pièce ou encore pour créer une rugosité et faciliter ainsi l’adhérence d’un revêtement.

Si la pièce à traiter est en verre, cette technique de nettoyage permet d’obtenir un effet sablé. En outre, on peut aussi s’en servir pour ébavurer et réduire la corrosion des pièces métalliques.

Le choix de l’abrasif s’effectue de ce fait en fonction du résultat escompté. À titre d’exemple, on utilise du corindon pour décaper une surface métallique avant l’application d’une couche de peinture. Par contre, en vue d’obtenir un effet satiné après une soudure inox, on se sert des billes de verres.

En principe, une cabine de sablage est équipée d’un système de nettoyage et de recyclage de l’abrasif, ce qui permet de réaliser des économies notamment en cas de sablage régulier ou continu. Certains fabricants livrent leurs équipements avec un collecteur de poussière (en option).

Les technologies de projection d’abrasif

En principe, il existe deux types de technologies de projection d’abrasif : le système à dépression et le système à surpression.

Le système à dépression est plus simple et plus économique. Néanmoins, afin de répondre aux besoins les plus particuliers des utilisateurs, les fabricants proposent des modèles de cabine de sablage à dépression sophistiqués avec une option permettant de les transformer en modèles à surpression.

Le système à surpression consomme plus d’air que le système à dépression. En revanche, il permet d’accroître la vitesse de travail (3 à 5 fois plus rapide) et de réaliser à la fois des opérations délicates et rigoureuses.

Share Button