Le secteur du tourisme doit être pris en main par un seul ministre

Le secteur du tourisme est-il finalement piloté par Laurent Fabius ?

C’est ce que sous-entend la dernière prise de position du Ministre des Affaires étrangères contre les amendements socialistes votés par les députés concernant la hausse des taxes hôtelières.

Face à ces amendements, les hôteliers ont trouvé un allié au sein du gouvernement en la personne de Laurent Fabius. Ainsi, il a dénoncé ce vote qui va à l’encontre des engagements pris par François Hollande de stopper l’alourdissement inconsidéré des taxes. Par ailleurs, il regrette que les professionnels du secteur n’aient pas eu leur mot à dire avant ce vote qui va fortement nuire à la promotion du tourisme. À noter que la France se classe dernière dans le classement du rapport qualité-prix effectué par le World Economic Forum sur le tourisme. Enfin, cette mesure est totalement contradictoire avec l’objectif affiché d’accueillir plus de 100 millions de touristes au lieu des 80 millions actuels. Il tient ainsi à rappeler que les conséquences de cette décision vont irrémédiablement se répercuter sur l’équilibre du commerce extérieur et sur l’emploi en général.

Les actes doivent faire place aux paroles

Alors que le vote des députés s’est déroulé en milieu de semaine, c’est la réaction assez tardive du ministre des Affaires étrangères et du Développement International le dimanche qui fait polémique sur le pilotage du tourisme en France. Quel ministre est réellement aux commandes du secteur touristique ? Il faut savoir que mis à part Laurent Fabius, le ministre de l’Économie Arnaud Montebourg ainsi que la secrétaire d’État Fleur Pellerin s’expriment régulièrement depuis le dernier remaniement gouvernemental sur les dossiers liés au tourisme.

On notera également une certaine cacophonie régnant au sein du gouvernement dans la mesure où Laurent Fabius exprime son indignation après que le ministre des Finances, Michel Sapin, ait cautionné ce vote des parlementaires quelques jours auparavant.

à ces divergences de discours et aux querelles gouvernementales, les professionnels ne demandent et n’attendent qu’une seule chose : des mesures concrètes. Si Laurent Fabius est monté au créneau pour défendre les professionnels, il doit désormais s’imposer comme le patron incontestable du tourisme en commençant par appliquer la liste des 30 initiatives qu’il a citées visant à booster l’industrie touristique.

Retrouvez l’opinion complète de Richard Vainopoulos sur son blog : www.sansdetour.net.

BTS Tourisme avec INFA

Share Button