Le Growth Hacking

Le Growth Hacking, c’est quoi ?Growth Hacking

Le Growth Hacking est définit en webmarketing comme étant l’ensemble des actions et astuces employés pour promouvoir et assurer la croissance rapide d’un produit ou d’une marque.

Le terme « Growth Hacking » en lui même, a été inventé en 2010 par Sean Ellis qui s’est trouvé dans l’obligation de déterminer son job, de développer la base utilisateur, pour trouver un remplaçant chez Dropbox.. Il a donc choisit Growth=croissance et hacking, de hacker, quelqu’un qui utilise des moyens non conventionnels pour accéder à un système.

Le growth hacking va donc s’appliquer sur de nombreux supports et dans de nombreux domaines, comme le SEO, les médias sociaux, les newsletters, l’ergonomie, les relations-presse, l’acquisition de trafic sous toutes ses formes…

Le Growth Hacking : les différentes techniques

Le « news jacking »

Le « news jacking » qui consiste à faire prendre la parole à une entreprise à partir d’une actualité. L’objectif est d’attirer l’attention des médias sur le nom d’entreprise en créant un buzz autour.

Le « content marketing »

Le « content marketing » consiste à publier des contenus ou actualités d’une marque sur un blog, afin d’activer du trafic vers un site web.

le « one to one mailing »

Cette technique consiste à envoyer à des destinataires ciblés des informations très précises et (apparemment) personnalisées pour les inciter à réagir et à interagir.

Certaines start-up ont aussi avancé l’idée que de changer fréquemment de page d’accueil, ou d’enlever sciemment des éléments explicatifs, augmentait la fréquentation de leur site. Comme quoi plus les voies des sites sont impénétrables… plus les visiteurs sont pénétrés de leurs contenus.

Opération de growth hacking

Un des premiers et des plus célèbres opérations de growth hacking vient d’Hotmail. Avant de devenir le site utilisé par des millions d’utilisateurs que l’on connait, Hotmail était un des premiers webmail (lancé en juillet 1996 par Sabeer Bhatia et Jack Smith) avec une faible croissance.

Au bout de quelques semaines, les fondateurs se rendent compte que 80% des inscriptions proviennent des recommandations. C’est là que Tim Draper, un des investisseurs, eut l’idée de mettre une phrase à la suite de chaque email :

P.S. I love you. Get your free email at Hotmail

Résultat : la croissance décolle. Au bout de six mois, Hotmail atteint un million d’utilisateurs. En 18 mois, la start-up a 12 millions d’utilisateurs (sur les 70 millions internautes de l’époque) et est vendue à Microsoft pour 400 millions de dollars.

Share Button